Canari de Dumonceau

image conservée aux Archives générales du Royaume à Bruxelles (Cabinet topographique et historique n°876)

Canaris 1790 Bataillon des Canaris de Dumonceau

Hier & aujourd'hui


Notre uniforme

L’uniforme porté aujourd’hui par les Canaris est une reconstitution aussi fidèle que possible des tenues de 1789- 1790. Il a été réalisé à partir de documents conservés au Musée Royal de l’Armée à Bruxelles et aux Archives générales du Royaume à Bruxelles.

Le chapeau, est un tricorne de feutre noir du type dit « à la suisse », à la mode en cette fin du XVIIIe siècle. C’est-à-dire que les deux cornes latérales sont très grandes, amenant les bords du chapeau à l’horizontale sur les côtés, tandis que la corne de devant est très petite. Ce chapeau est orné d’un plumet en « piquet de coquilles » de couleur verte, (alors que toutes les autres unités portaient le plumet tricolore) et d’une cocarde noire jaune et rouge. Notons que dans cette cocarde, le rouge est au centre, pour la troupe tandis que, pour les officiers, c’est le noir qui est au centre.

Les Canaris portent sur un gilet blanc ou jaune un habit-veste jaune, court et échancré, à parements, collet et retroussis noirs. Les épaulettes sont vertes pour la troupe et dorées pour les officiers. La culotte est jaune ou blanche et serrée dans des guêtres. Les officiers ont des bottes.

Concernant la couleur du gilet et de la culotte, ainsi que la forme des guêtres, les documents utilisés en 1972, lors de la reconstitution du groupe étaient ceux conservés au musée de l’armée à Bruxelles voir photo page précédente. Soit un gilet et une culote de couleur jaune et des guêtres de « chasseurs » c’est-à-dire courtes (jusque sous les genoux) de couleur noire et à boutons blancs. Depuis, d’autres documents plus proches de la révolution et considérés comme plus fiables ont été retrouvés aux archives générales du royaume. Ce dernier nous présente le canari avec un gilet et une culotte blanche, un habit veste aux pans courts et des guêtres hautes.

Deux baudriers blancs croisés sur la poitrine et sur le dos supportent la giberne et le sabre (celui-ci est un « briquet », sabre à lame courte et courbée et à poignée de cuivre.) Ce briquet était à la fois une arme et un outil. Il servait en effet à creuser le sol, abattre des arbres et fendre du bois.

Enfin le Canari est armé du fusil de chasseur, garni d’une baïonnette.

Loading