Première sortie

Première sortie du Bataillon des Canaris, à l'occasion des fêtes de Wallonie en 1972.

Canaris 1790 Bataillon des Canaris de Dumonceau

articles


Le Bataillon des Canaris de 1972 à nos jours.

Namur 1972, depuis deux ans, le comité de quartier du théâtre, présidé par M. Claude Grapotte, organise un cortège historico-folklorique Marie-Spilaer, dans le cadre des fêtes de Wallonie. Son nom est celui de la tour visible de nos jours dans ce quartier et incluse autrefois dans une enceinte de la ville. A la suite de cette dame venue du Moyen-Âge défile dans les rues de Namur les Echasseurs, combattants sur échasses, les Masuis et Côtelis jambois, ainsi que les célèbres quarante Molons.
L’académicien Félix Rousseau membre du Comité Central de Wallonie (CCW) encourage cette initiative depuis le début. Le CCW qui préside aux fêtes de septembre soutient financièrement le cortège. En 1972, Jean Fivet, passionné d’histoire et de folklore tant militaire que namurois, propose la reconstitution d’un peloton de Canaris, gloires namuroises de la Révolution Belgique. Appuyé par Félix Rousseau, cette proposition est acceptée. Jean Fivet est chargé de la réaliser. Il se documente auprès du musée Royal de l’armée à Bruxelles.
Avec l’aide financière du CCW, il fait confectionner des uniformes par un spécialiste de Gerpinnes. Il collecte auprès d’ecclésiastiques de l’agglomération leur couvre-chef à partir desquels il confectionne des chapeaux, des tricornes à la suisse. Le budget ne prévoyait pas l’achat de vrais fusils, ni de « briquets ». Le maître d’œuvre fait appel à des artisans travaillant l’un le fer, les autres le bois pour réaliser des armes factices.

Début septembre, après quelques répétitions, le nouveau « Bataillon des Canaris » apparaît pour la première fois le 16 septembre 1972. Il est dirigé par Jean Fivet, qui reprend le rôle du « Major Dumonceau » qui commandait les Braves Canaris de 1789.
La batterie est composée de Marie-Madeleine Brasseur (fifre), de Francis Lafont et Jacques Falque, tous deux tambours. Quant aux chasseurs, à part Emmanuel Fivet, seul namurois, ils étaient pensionnaires de l’Institut Kegeljan à Salzinnes.
Sa première sortie se clôture par une prestation remarquée devant la tribune d’honneur dans laquelle ont pris place deux descendants du major Dumonceau, le comte Yves du Monceau de Bergendal, alors bourgmestre d’Ottignies et le Général aviateur du Monceau de Bergendal. Avec le Président du CCW, Jacques Calozet et le bourgmestre de Namur, Emile Lebrun, ils signent l’acte de reconnaissance officielle du Bataillon des Canaris. Par cette charte, ce dernier y est reconnu officiellement comme légitime héritier de leurs valeureux ancêtres de 1789.

Grâce à l’efficacité du premier trésorier, Maurice Falque, le peloton de départ s’étoffe rapidement. De nouveaux costumes sont taillés. Les faux fusils sont remplacés par des vrais fusils à amorces. Les cartouchières, simples planches de bois recouvertes de skaï lors des premières prestations, sont remplacées par des sacoches de cuirs. Les briquets factices en bois font place à de véritables reconstitutions.
Les premiers volontaires de l’Institut Kegeljan sont vite rejoints et, petit à petit, remplacés par des Namurois. Un porte-drapeau et son escorte est adjoint au groupe. Dans un premier temps celui-ci porte un drapeau tricolore belge actuel. Il sera remplacé par la suite par un drapeau spécifique au Bataillon. Ce drapeau contient en son centre la partie du blason des du Monceau reprenant trois canaris et la devise de notre groupe «Nec Jactantia, Nec Metu».

Première sortie à Malonne pour la marche St-Berthuin et Mution, années 80.

Depuis sa création, le Bataillon des Canaris a défilé dans de nombreuses localités belges et françaises. A l’occasion de son cinquième anniversaire, le Bataillon des Canaris fait revivre pour la première fois le général Vander Mersch. Pour le représenter, il convie M. Georgery, commandant des volontaires d’Ham-Sur-Heure.
Le 19 mai 1979, au cours d’une prestation dans la capitale, le Bataillon remet solennellement un costume de Canari à Manneken Pis et lui décerne le premier diplôme de Caporal d’honneur du groupe.

Manneken Pis habillé en Canaris depuis 1979.

En septembre 1979, il participe à la première animation du domaine fortifié de la citadelle de Namur sous la houlette du Colonel e.r. Alex Humblet.
En 1987, le Bataillon emménage dans le local , qu’il occupe toujours aujourd’hui, à la Citadelle de Namur. Depuis, chaque année, il y organise une parade regroupant divers groupements folkloriques.
En 1989, le Bataillon célèbre le bicentenaire de la révolution. A Namur, il organise des festivités avec l’ASBL Folkmina. A Turnhout , il fait la connaissance des « Patriotten van Turnhout », groupe représentant les volontaires de cette ville.
En 1991, le Bataillon participe aux fêtes des 40/60 ans du roi Baudouin.
En 1992, le Bataillon est rejoint par une nouvelle entité : Vander Mersch et son Etat-major. Jean Fivet tient le rôle du général et cède la présidence du Bataillon à son fils Emmanuel Fivet. Ensemble, le Bataillon et l’état-Major célèbrent ses 20 ans avec, pour la première fois, une reconstitution de la campagne de 1789, au parc Louise Marie de Namur. Il renouvellera cette expérience en 1997, en 2002, ainsi qu’en 2007.
En 1997, le Bataillon organise avec les Amis de Poilvache une première animation-reconstitution dans les ruines de Poilvache.
Le 8 juillet 2000, au soir de la quatorzième parade, disparaît Jean Fivet, le président fondateur du groupement.

Peu de temps après, une démarche initiée de son vivant aboutit. Le Bataillon des Canaris se mue en ASBL sous le titre de « Bataillon des Canaris de Dumonceau et Etat-Major de Vander Mersch » ou, en abrégé « Bataillon des Canaris ». La fonction de général Vander Mersch est quant à elle reprise par Claude Libert. Les objectifs de cette ASBL étant définis dans les statuts comme suit : la perpétuation du groupe de folklore militaire namurois « Bataillon des Canaris » reconnu officiellement le 16 septembre 1972 comme héritier légitime de ses valeureux ancêtres de 1789, ainsi que la défense et la promotion du folklore militaire namurois, de l’histoire de la région de Namur, ainsi que de l’histoire de la Révolution Belgique.

Le 21 juillet 2001, le Bataillon est invité au défilé de la fête nationale à Bruxelles.

Depuis 2000, avec le soutien avisé d’Etienne Dozot, le groupe s’équipe de divers matériels, tentes, chaudrons, …, pour présenter un bivouac. En 2005, comme expliqué par ailleurs, le Bataillon vit un premier week-end de bivouac dans la Citadelle de Namur, expérience qui sera encore renouvelée cette année.
En 2010, le Bataillon reçoit la visite du « 7e de Ligne, ci-devant de Champagne », groupe de reconstitution révolutionnaire français et napoléonien.
Depuis, le Bataillon, aidé par de nouveaux documents d’époque, organise des écoles du soldat durant lesquelles chaque canari apprend et réapprend les mouvements d’époque.

Loading